See PRO editionSee PRO edition

La Le Boom De L'arnaque Au Faux Crédit

La Le Boom De L'arnaque Au Faux Crédit
Avec l'avènement des plate-formes de crowdfunding sur le continent, un ingénieux modèle d'arnaque s'est diffusé largement en ligne via les réseaux sociaux et dans les mails : de fausses propositions de prêts en ligne octroyés en un rien de temps, sans apport requis, zéro garanties et par des personnes se présentant comme des particuliers investisseurs. Nous parlons bien sûr d'une tromperie, mais l'abondance des annonces sur ces sites en dit beaucoup sur la gravité du phénomène. Par conséquent, énormément de particuliers sont tombés dans le piège à cause cette arnaque.

Comment opèrent-ils ?

Attirer l'attention de la cible avec une offre de crédit intéressante

L'arnaque au crédit rapide est présentée sous la forme d'une trame plus ou moins crédible. Du point de vue de notre escroc, cette étape est primordiale parce qu'il sait que la réussite de son coup est en grande partie due à la croyance ou non en son histoire. Lorsqu'il veut appâter le plus grand nombre de personnes possibles, il écrit et publie une annonce sur des sites ayant beaucoup de fréquentation tels que les forums ou les réseaux sociaux. Certaines pages populaires ne contrôlent pas les espaces de discussion accessibles par tout le monde, ce qui en fait un endroit préféré des arnaqueurs.

Pour faire simple, l'arnaqueur s'affiche en tant que personne disposant d'un héritage qu'elle espère faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux très faible. Parfois, il dit être un retraité rentier désirant s'affranchir de la Banque et donner ainsi l'image d'une personne philanthropique visant à d'améliorer la société. Ce mensonge poursuit un but précis : profiter de la détresse financière des gens faibles en essayant de leur faire croire qu'un financement est encore possible, même sans conditions de ressources. Il prétend pouvoir leur octroyer un crédit, même s'ils ont déjà des prêts à rembourser. Une fois le dossier accepté, l'escroc promet d'envoyer l'argent en quelques jours avec des durées de remboursement qui peuvent monter jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
S'il est incontestable pour la plupart d'entre nous que des offres de ce type sont peu probables, il n'en reste pas moins que des personnes se trouvant financièrement au pied du mur peuvent tomber dans le piège du fait de cette illusion d'argent rapide qui les aveugle.

Envoyer des signes de crédibilité et de sérieux

Sur la toile, n'importe qui est capable d'usurper une identité avec un tant soit peu de créativité. C'est ainsi qu'agissent les escrocs au faux crédit en créant intégralement un faux personnage qui saura coller avec leur scénario. Dans un premier temps, ils s'efforcent à donner une identité française à ce faux profil. Donc pas de noms ou prénoms exotiques qui pourraient faire fuir les plus sceptiques. La victime doit avoir l'impression que l'investisseur habite Alerte sur les réseaux sociaux : fausses annonces de pręt rapide le même territoire qu'elle. Dans un scénario bien pensé, notre faux prêteur peut se transformer en une personne d'un certain âge ou jeune retraitée. Les plus fourbes iront jusqu'à réclamer les justificatifs de paie à la future victime, d'autres exigent de donner des réponses à des questions sur son travail. Pour être un un peu crédible, l'escroc ira jusqu'à fabriquer de multiples faux profils avec lesquels il postera de faux témoignages qui viendront faire l'éloge de l'offre.

Donner suite à chacune des sollicitations

Quand la victime est convaincue du sérieux de l'opération, l'escroc peut maintenant passer à l'étape supérieure. Il confirme qu'il donnera suite à son dossier de d'emprunt, mais requiert en retour le paiement de certains frais par mandat avant de valider définitivement le dossier. Ces frais peuvent s'élever à plusieurs centaines d'euros et viennent compenser la durée passée par le prêteur à traiter son dossier. Les frais divers sont, selon-lui, obligatoires pour débloquer l'argent. En cas de paiement, notre escroc lui demandera ensuite de payer une prime d'assurance de crédit obligatoire. Bien évidemment, la victime ne recevra pas son crédit et le faux prêteur encaissera les mandats avant de disparaître de la circulation.


De quelle façon se prémunir contre ces arnaques ?

En France, tout le monde n'est pas habilité à octroyer un prêt et le crédit entre particuliers est une activité réglementée. Si un individu ou une société fait de la vente de services bancaires par le net, ce site est dans l'obligation d'afficher ses informations légales ainsi que ses CGV. Pour obtenir le statut d'établissement de prêt, un organisme doit être en possession d'un agrément de l'ACPR ainsi que d'une inscription à l'ORIAS. Chaque site de prêt entre particuliers doit impérativement posséder ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une tentative d'escroquerie.

Ensuite, il ne faut pas ignorer que les délais pour obtenir un crédit ne sont pas aussi rapides et qu'il faut compter à peu près 2 semaines avant de recevoir les fonds sur son compte bancaire. Même si un particulier était en possession de fonds à placer ainsi, il analyserait sérieusement et profondément tous les dossiers avant de jeter son dévolu sur les plus solides.
En temps normal, un organisme n’octroierait pas un quelconque crédit (immobilier, personnel ou à la consommation) à un demandeur inscrit au FICP de la Banque de France concernant des incidents de paiement.